o Carte

Écologie

Biodiversité et variété des paysages

Les parcs suisses abritent une très grande variété de paysages : forêts, cours d'eau et lacs naturels, pâturages alpins et jurassiens, biotopes rares, tels que marais, zones alluviales, prairies sèches ou glaciers. Cette diversité est garante d'une flore et d'une faune riches. Les parcs connaissent une concentration sans pareil d'espèces menacées.

Préserver les biotopes

Un vaste et solide réseau d'habitats viables est la condition sine qua non pour préserver et développer la biodiversité dans les parcs. Or, aujourd'hui encore, ce réseau est trop morcelé.

Les parcs connaissent une concentration de zones protégées au-dessus de la moyenne. Les activités humaines y sont toutefois souhaitées : elles sont en effet à l'origine des paysages dits culturels.

Les parcs suisses s'engagent pour la protection et la revitalisation de leurs biotopes. Ils mettent en valeur la biodiversité de leurs territoires au niveau local et encouragent la concertation entre les acteurs concernés au sujet des politiques sectorielles à adopter. C'est ainsi qu'ils créent les bases propices au maintien de la diversité des biotopes et des espèces à long terme.

Exemple : Wildnispark Zürich Sihlwald

Bienvenue dans la forêt sauvage
Avec sa grande surface continue de 11 kilomètres carrés, la luxuriante Forêt de la Sihl est unique sur le Plateau suisse et représente un exemple rare de forêt de hêtres primaire. Bien que cette forêt naturelle ne soit livrée à elle-même que depuis 2000, on trouve déjà de grandes parties de forêt où du bois sec sur pied et des troncs d'arbres renversés et en décomposition donnent une impression de nature à l'état sauvage.
Cet état sauvage représente des milieux de vie précieux et variés pour la faune et la flore. Des centaines d'espèces d'insectes, de moustiques et de mouches trouvent habitat dans et sur le bois mort omniprésent. La diversité de lichens et de champignons est extraordinaire. Hêtres, frênes et sapins blancs atteignent des hauteurs impressionnantes (jusqu'à plus de 50 mètres).
Jusqu'à présent, la Forêt de la Sihl est le seul territoire en Suisse distingué et certifié comme parc naturel périurbain. Ce certificat fait référence à l'opportunité unique de combiner protection de la nature et détente. Les personnes en quête de détente profitent de l'expérience unique de la nature sauvage qui leur est proposée sur les nombreux sentiers pédestre, cyclistes et équestres - contraste bienfaisant avec le quotidien frénétique des agglomérations urbaines.

Karin Hindenlang Clerc, Directrice

Exemple : Parc régional Chasseral

Des pâturages boisés à préserver
Les pâturages boisés avec leurs épicéas et leurs murs en pierres sèches sont typiques de l'Arc jurassien. A la fois pâturage et forêts, ils forment un heureux équilibre entre paysage ouvert et fermé particulièrement appréciés des randonneurs. Ils abritent aussi une très riche biodiversité. Fruits de pratiques agricoles anciennes, ils répondent moins aujourd'hui aux besoins de l'agriculture. Loin de la ferme, le pâturage redevient forêt, près de l'écurie les arbres disparaissent, les murs n'ont plus de véritable utilité et au final le paysage et la biodiversité se banalisent. Aussi, le Parc cherche avec les propriétaires, les agriculteurs, les forestiers et les naturalistes des solutions pour maintenir ce paysage et la biodiversité qui l'accompagne.
Le Parc mène plusieurs actions concrètes comme la pose des points d'eaux, la plantation d'arbres par exemple le long du "chemin des Anabaptistes", des restaurations de murs en pierres sèches, des chantiers pour des bénévoles. Avec un objectif majeur : maintenir et préserver les pâturages boisés, signatures visibles et tangibles de l'histoire patrimoniale de nos montagnes jurassiennes.

Fabien Vogelsperger, Directeur

Des paysages de qualité

Chaque parc possède des richesses naturelles et culturelles particulières. Ces dernières sont à la fois un facteur d'identité pour leurs habitants et une attraction pour les visiteurs.

Les parcs s'efforcent donc non seulement de préserver, mais aussi d'améliorer la qualité de leurs paysages. A cette fin, ils créent des plateformes de dialogue pour les acteurs concernés et encouragent les échanges entre ces derniers.

Préserver les biens culturels

Les parcs suisses contribuent activement à la préservation de leurs paysages culturels, par exemple grâce aux produits régionaux labellisés et à des actions de sensibilisation de la population et des visiteurs. Ils ont également développé des programmes de volontariat pour les entreprises et organisations : durant ces journées, les collaborateurs assainissent le paysage sous la houlette de spécialistes.